{  } Éditions Al Manar Arts et littérature des pays du Sud méditerranéen

Point d'orgue

le livre , l'auteur , la critique

Collection "Récits et nouvelles du Maghreb"

 

 

 

Roman, par Jean-Pierre Millecam.

Couverture : Yves A. Millecam

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


500 ex au format 24,5 x 17,5 cm sur Bouffant

ISBN ?978-2-36426-078-8 ; 20 €

Le livre

 

?En cette Pâque 1960, que fait Lancelot sur la plage de Salé, devant la citadelle des Oudayas ? Aujourd’hui marié, à peine rescapé d’un attentat, il se prépare à accueilir ses amis au cœur d’une bâtisse de légende, dans la grand salle tapissée de fresques dues au pinceau de son frère Armand. De Rabat, de Salé, de Paris, les invités débarquent, se pâment devant les fresques. Lancelot s’explique avec son humour coutumier : la crémaillère n’est que le signe de son propre sacre. Durant ce week-end, rien à signaler, à part une tempête où l’océan rampe vers le Château, et l’arrivée inopinée de son ami Benamar, qui donnera des nouvelles de l’Algérie en guerre. La bonne humeur revient avec le soleil au dernier jour de ces vacances.

Vingt ans plus tard, chaque invité se remémore cette Pâque 1960 : chacun se rend compte que, à un moment impossible à isoler, une Grâce a pris possession du Château sur la plage. Lancelot, alias Millecam, prend sa plume pour relater les multiples moments de cette grâce dans le labyrinthe de son œuvre (Sous dix couches de ténèbtres, Et je vis un cheval pâle, Une légion d’anges, Choral, La Quête sauvage, etc...)

Ce Point d’orgue, monument du discours intérieur, figure la charnière qui unit le versant algérien de l’œuvre de J-P. Millecam au versant marocain (Le défi du petit archer, Trois naufragés du Royaume, Ismaël et le chien noir, Tombeau de l’Archange, Ismaël, etc...)

 

L'auteur

Jean-Pierre Millecam est né en Algérie en 1927. Son premier roman, Hector et le Monstre, paraît chez Gallimard en 1951. Il côtoie, dans l’Algérie encore colonisée, Albert Camus, Emmanuel Roblès, Jean Sénac, d’autres encore qui, comme lui, croient en l’avènement de l’indépendance algérienne. Agressé et laissé pour mort par un nervi à la solde de la gendarmerie coloniale, en 1957, il est trépané et doit quitter l’Algérie. Il s’installe au Maroc, y fait souche, retourne en 1962 à Alger, fidèle à ses ex-élèves, qui se souviennent ; mais, révolté par le dévoiement de la révolution algérienne, il revient au Maroc, auquel il consacre la seconde partie de son œuvre.

Depuis 1993 il vit et écrit à Nice.

“Millecam le Magnifique”, comme l’a affectueusement surnommé Jules Roy, est assurément l’un des plus importants romanciers français qu’ait inspirés le Maghreb contemporain. Il a publié douze romans chez Gallimard, Denoël, Calmann-Lévy, La Table ronde, et un essai sur Jean Cocteau, aux éditions du Rocher.

Après Ismaël et le chien noir, nouvelle parue en 1998 aux éditions Al Manar, Millecam a publié, aux Editions des Syrtes, Trois naufragés du royaume ; au Rocher, Tombeau de l'archange ; et chez Al Manar Palestine ! ( (2004) et Lions de l'Atlas (2005), recueil de nouvelles dans lequel il dresse du Maroc un tableau saisissant, également éloigné du misérabilisme et d'un exotisme de pacotille, et insuffle aux personnages parisiens peuplant ce livre l'humour particulier aux émigrés maghrébins dans la capitale française...

 

 

 

(Encore disponible aux éditions Al Manar : Trois naufragés du royaume,
paru aux éditions des Syrtes en 1999
.
20 euros. )